panoramique du canal à Agen

Le canal de la Garonne à Agen

 

Le canal à Agen vue du coteau de l'Hermitage Le canal à Agen vue du coteau de l’Hermitage©photo Patrick Clermont[/caption]

Avec l’augmentation du tonnage des navires au XIXe siècle, la circulation des gros bateaux devient difficile pour remonter l a Garonne au delà de son estuaire la Gironde. La durée du trajet Agen-Bordeaux est de 12 heures et celle de Bordeaux-Agen près de 24 heures. Il existe bien le canal des deux mer dont la construction conçue par Paul Riquet débute sous le règne de Louis XIV en 1667 et ouvert au trafic en 1682. Mais il relie Toulouse à Sète . La poursuite de la construction de la portion du canal du midi pour atteindre Bordeaux fut reportée faute de moyens. En effet Paul Riquet mourut ruiné quelques mois avant l ‘inauguration du canal des deux mers. Le projet du canal à Agen est ainsi enterré.
Au XIX siècle le projet de la construction d’un canal latéral à la Garonne voit le jour et provoque un enthousiasme général immédiat. En 1828 commence l’étude des travaux qui se termine en 1830.En 1832 l’Etat accorde une concession perpétuelle à la société Magendie qui ne respecte pas ses engagements. Après rupture du contrat et dédommagements, l’Etat confie le projet à l’ingénieur des Ponts et Chaussées Jean-Baptiste de Baudre nommé à Agen. La construction commence en divers endroits différents avec un budget de 40 millions de Francs. A partir de 1841 les crédits furent diminués en raison de la création du réseau ferroviaire mettant des ouvriers au chômage.

Bord du canal en 1912
Bord du canal en 1912©photo archive Patrick Clermont
canal à Agen vue de nuit
canal à Agen vue de nuit©photo Patrick Clermont

En 1844 le tronçon Toulouse -Montech est ouvert. Les travaux du tronçon vers l’atlantique reprennent en 1846 et s’achèvent en 1853 en amont de Buzet et en 1856 en aval. Le canal inauguré en mai 1856, relie Castet-en-Dorthe à Toulouse. Il est long de 193 km, profond de 2,20 m avec une différence de niveau de 128m sur tout le parcours. Il peut recevoir des bateaux de 20m de long et de 160 tonnes avec une vitesse maximale de 10km/h, avec le franchissement de 53 écluses.

écluse du canal en1900
écluse du canal en1900©photo archive Patrick Clermont
canal Latéral de la Garonne Ecluse au passage d'Agen en 2015
canal Latéral de la Garonne Ecluse au passage d’Agen en 2015©photo Patrick Clermont

Le canal latéral à la Garonne prélève l’eau dans la Garonne, au moyen de prises à Toulouse, à Moissac et à Agen. Le tracé est jalonné de 193 bornes kilométriques plus 1728 bornes hectométriques.

canal Latéral à la Garonne Borne kilométrique Passage d'Agen
Canal Latéral à la Garonne Borne kilométrique au Passage d’Agen©photo Patrick Clermont

Au 19e siècle, le barrage de Beauregard, situé en amont d’Agen, a été construit pour alimenter le canal en eau. L’eau est prélevée et conduite indifféremment vers le fleuve où le canal. Le canal de descente à la Garonne servant à l’alimentation en eau du canal appelé le Canalet est situé au Passage d’Agen. Il faut dire aussi que l’eau transite entre chaque bief, par une rigole parallèle à chaque écluse. Cette alimentation fut définitivement abandonnée en 1967. Aujourd’hui le Canalet n’existe plus et le barrage de Beauregard est à l’abandon. Le canal est alimenté en eau en puisant dans la Garonne dès son départ de Toulouse. Le débit du fleuve pyrénéen permet aisément l’alimentation d’un canal, et c’est le canal de Brienne qui joue le rôle d’alimentation principale, captant ainsi l’eau en amont du seuil du Bazacle avec un débit moyen de 6m3/seconde. Une prise d’eau à Pommevic dans leTarn-et-Garonne capte l’eau en aval de Moissac avec un débit de 1 m3/seconde. Une prise d’eau à Brax en aval d’Agen complète ce dispositif avec un débit de 3.1 m3/seconde.

canal latéral à la garonne-1906
canal latéral à la garonne en 1906©photo archive Patrick Clermont
canal latéral à la garonne en 1913
canal latéral à la garonne en 1913©photo archive Patrick Clermont
canal latéral à la garonne-1920
canal latéral à la garonne en 1920©photo archive Patrick Clermont

Le canal latéral à la Garonne est exploité dès sa mise en fonction par la compagnie des chemins de fer et du canal latéral qui était aussi propriétaire de la voie ferrée Bordeaux Sète. Cette situation de monopole fait que le canal n’eut jamais un trafic très important car le chemin de fer en capte l’essentiel. Le trafic sur le canal va rester marginal avec 25000 tonnes, alors qu’en 1889 elles ne dépassent pas 52 000 tonnes. A la fin du XIX et au début du XXe siècle un nouvel essor se produit. La compagnie de navigation ouvre en 1895 un service de Bateaux à vapeur Agen-Bordeaux, tandis que l’Etat rachète le monopole de la compagnie des chemins de fer du midi en 1898 Le trafic des marchandises transportés passe de 75000 tonnes en 1897 à 150 000 tonnes en 1903.

Agen-quai-du-canal Vapeur de transport de marchandise 1902
Agen-quai-du-canal Vapeur de transport de marchandise ©photo archive Patrick Clermont
Bateau à Vapeur sur le canal
Bateau à Vapeur sur le canal©photo archive Patrick Clermont
Lavandières au pont de courpian 1908
Lavandières au pont de courpian en 1908©photo archive Patrick Clermont

Pour le transport des voyageurs le canal est utilisé pour le trajet Bordeaux-Agen tandis que le trajet Agen-Bordeaux utilise la Garonne facilité par le courant descendant. La Guerre de 14-18 met en sommeil pour longtemps beaucoup de projets, tandis que le trafic chute de plus de 50% en 1925.

navigation canal latéral à la garonne 1910
navigation canal latéral à la Garonne en 1910©photo archive Patrick Clermont

Le tracé du canal à Agen longe le coteau de l’Hermitage et est parallèle à la voie ferrée jusqu’a la Garonne qu’il traverse avec un pont canal. Le chemin longeant le canal est raccordé à la rue Saint Côme. En 1854, pendant la construction des voies de chemin de fer cette rue fut coupée en deux par le passage à niveau de Saint Comme qui disparu en 1912 avec le pont Picketty qui enjambe les voies. Les quais situés en aval du pont de Courpian jusqu’au pont de Picketty sont aménagés pour constituer un véritable port de marchandises.

quai du canal déchargement du bois 1911
quai du canal déchargement du bois 1911©photo archive Patrick Clermont

Le nombre important de bateaux accostant tous les jours les obligent à se mettre en rang double. Un atelier de réparation et de construction est installé sur une des berges du bassin du canal longé par la route de Villeneuve près du pont de Gaillard, remplacé actuellement par le port de plaisance d’Agen.

port d'Agen sur le canal
port d’Agen sur le canal©photo Patrick Clermont
quai du canal 1910
quai du canal en 1910©photo archive Patrick Clermont

Vers 1930, la disparition du halage à l’aide de chevaux est un progrès important pour le trafic. avec l’arrivée des bateaux à vapeurs avec leurs roues à aubes. A cette époque 300 bateaux se croisait sur le canal et dans les soutes on trouve des céréales, du vin, des matériaux de construction, du gravier, des engrais etc…En 1970 le canal se modernise et les écluses sont agrandies et automatisées, facilitant ainsi la navigation .

canal bateau et hermitage
canal bateau et hermitage©photo Patrick Clermont

Mais concurrencé par la route le trafic faiblit et disparait pratiquement en 1980 pour avoir en 1990 un abandon définitif de la modernisation du canal. Seul demeure l’entretien du canal et de ses ouvrages.

Pont Saint Georges sur le canal à Agen
Pont Saint Georges sur le canal à Agen©photo Patrick Clermont

Essentiellement marchande jusqu’aux années 1970, la navigation sur le canal de la Garonne est désormais plaisancière. Les bateaux de location représentent plus de 70% du trafic, avec 20% pour les particuliers et environ 6% pour les bateaux transportant des passagers. En 1974, la pente d’eau de Montech est mise en service, et les écluses sont rallongées et automatisées, facilitant ainsi la navigation. Mais en 1990, c’est l’abandon définitif de modernisation du canal.

le canal à Agen
le canal à Agen©photo Patrick Clermont

Aujourd’hui, la fréquentation de plaisance est en moyenne de 1200 bateaux par année, avec des pointes à 2000 sur le secteur Montech – Mas d’Agenais. Plus tranquille que le canal du Midi avec ses 5 000 à 7 000 passages, le canal de Garonne possède de nombreux atouts pour inciter les touristes à venir le naviguer ou le découvrir tout simplement à pied ou en vélo à l’ombre de ses arbres.

le canal sous les arbres
le canal sous les arbres ©photo Patrick Clermont

Mais La navigation n’est pas la seule fonction du canal de la Garonne. L’eau sert aussi à irriguer les terres agricoles, riches en productions fruitières et maraîchères. Le canal est également utilisé pour la production d’électricité grâce à des microcentrales aménagées en bordure de certaines écluses. L’exploitation du canal de la Garonne assure aussi une gestion rigoureuse des ressources de l’eau tout en permettant d’en garantir les différents usages.

Le Canal Latéral à la Garonne au Passage d' Agen
Le Canal Latéral à la Garonne au Passage d’ Agen©photo Patrick Clermont

sign

4 thoughts on “Le canal de la Garonne à Agen

  1. Bonjour,
    Il y a une photo de Castelnaudary: bord du canal en 1912.

    Sur la photo lavandières au pont de Courpian en 1908 on voit l’arrière d’un bateau.
    Je crois lire ALFRED matricule BX34 est-ce bien cela?
    Bonne journée.

    • Bonjour
      Sur la péniche il y a écrit Alfred 346 F A GAYET.
      Pour la photo bord du canal 1912 j’ ai récupéré tout une série de plaque de verre sur Agen datant du début 1900 et cela ressemble étrangement à une vue sur le canal en direction de Bon Encontre. Le seul doute que j’avais était sur le pont en arrière plan. Pouvez vous confirmer avec des documents d’époque parce que j’ai des plaques non identifiées.
      Merci et bonne journée

  2. Merci pour votre réponse, c’est bien l’Alfred que j’ai bien connu quand je naviguais sur les eaux du canal.
    Évidemment il avait été modernisé et surtout motorisé.
    Je ne sais pas trouver votre adresse mail.
    Merci de m’écrire en message privé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *