crue

Agen la ville la plus inondée de France

Pourvoyeuse de richesses, la Garonne loin d’être un long fleuve tranquille peut devenir un véritable fléau car elle est à la confluence de deux types de crues, méditerranéennes ou atlantique. Elle reçoit ces crues généralement en alternance ou peut même les cumuler. En effet lorsque le Tarn et la haute Garonne sont au plus haut alors la Garonne peut devenir le fleuve de France le plus dévastateur. Il arrive que des crues épargnent Toulouse et d’autre se réduisent avant d’arriver à Bordeaux, aucune n’épargne Agen qui devient ainsi la ville la plus inondée de France.
Tout cela s’est vérifié au cours des siècles passés.

Crue à Agen ©photo archive Patrick Clermont
crue à Agen ©photo archive Patrick Clermont

Grégoire de Tours et Frédégaire rapportent qu’il y eut 8 grandes inondations entre l’an 580 et l’an 592.
Aucune indication sur les crues des 6ème et 7ème siècles.
Nouvelles inondations mentionnées en 809,815,821,826,841,852,868,886,891.
Guerres, invasions, pillages, épidémie, intempéries, et inondations étaient le lot des agenais à cette époque.Les crues de la garonne se succèdent à un rythme soutenu:1003,1012,1029,1037,1119,1120,1131,1168,1175,1196,1206,1212,1219,1126,1277,1280,  1295,1306,1338,1347,1356,13621375,1381,1407,1414,1421,1426,1427,1428.
Mais l’inondation la plus importante fut celle du mois d’octobre 1435 ou il est raconté que les bateaux naviguaient par dessus les murs de la ville, l’eau entrait par la porte de la Garonne jusqu’aux jacobins puis atteignait la porte du pin. Nouveaux débordements de la Garonne en 1471 -1476 – 1493 et en novembre 1496 .
Le 16ème siècle commence par la grande inondation de 1501, puis se répète en 1527, 1544, 1548, 1557, 1561, 1566, 1570, 1571, 1590. La dernière crue de ce siècle eut lieu en 1599, crue centennale qui détruit une partie des murs de la ville près de l’église Sainte Hillaire actuelle. A ces inondations s’ajoutent les famines et la peste qui sévit en 1494, 1510, 1511, 1515, 1531 et 1555.
Au XVIIème la première crue,une crue centennale a lieu le 22 novembre 1604.La Garonne détruit 4 ponts, les murailles fortifiées et des maisons dans les quartiers St Georges et St Antoine à Agen .
Ensuite janvier 1616, février 1618, 1623, 1633, 29 et 30 mars 1636, 21 et 22 mars 1640, 24 février 1641, 25 novembre 1645, 11 avril 1646, 9 décembre 1647, 1er mars 1648, crue violente par sa rapidité. le 25 juillet 1652 la Garonne envahit la ville jusqu’au collège des Jésuites.
Lors des inondations du 18 février 1665, le fleuve ne revient dans son lit que le 10 mars.
Les dernières crues du grand siècle eurent lieu en juin 1668, juillet 1678, 1690 et 1693.
Au 18ème siècle les Premières crues démarrent en 1707 et 1709, à la suite d’hivers rigoureux puis février 1711, inondations générales en France dues à des pluies diluviennes, 11 juin 1712 en pleine foire du Gravier.
Ensuite 25 avril 1725, 19 janvier 1728, 10 février 1729, 27 mai 1733, 15 mai 1735, février 1736, janvier et 26 avril 1738, 28 décembre 1740 grande crue causant beaucoup de dégâts, 17 mai 1743, 4 crues la même année soit 13 février – 21 avril – 8 août – 7 septembre 1749, 3 août 1750, 27 avril 1751, 23 mai 1755, 11 novembre 1766, 3 janvier 1768, 17 janvier 1768.
Puis vient La crue du siècle des Rameaux le 5 avril 1770. Neuf jours de pluies torrentielles et de vents violents firent fondre les neiges des Pyrénées voisines. Rapidement la Garonne se mit à grossir, envahissant le Gravier dès le 5 avril. Le vendredi 6 avril, le fleuve entrait dans la ville, renversant le mur d’enceinte entre les portes St Antoine et St Georges. Le couvent et l’église des Cordeliers furent envahis, ainsi que les Augustins et les religieux évacuèrent les couvents. L’eau passait sous les Cornières, encerclait la place du Marché, envahissait les rues Puits du Saumon, St Hilaire et de la Grande Horloge… Les maisons des rues Fon de Raché, Quillou, Maillé, Garonne et St Antoine étaient sous les eaux. Même situation à la Petite Boucherie, au croisement de Cajarc avec les rues Molinier, Grenouilla et des Arènes. Des radeaux furent construits à la hâte pour porter secours et distribuer des vivres aux habitants de ces quartiers, parfois réfugiés sur le toit de leurs maisons.
Le samedi 4 avril, le niveau de l’eau commença enfin à décroître et le Gravier réapparut.
Durant ces 3 jours de grande crue, on vit passer sur les eaux boueuses et déchaînées, des arbres déracinés, des barriques, des charrettes, des animaux et même des humains surpris dans leur maison par la montée des eaux. Les dégâts furent important.
Après cette crue dévastatrice, les crues suivantes des 20 mars 1771, 8 décembre 1772, 31 mai 1777, 30 janvier 1791, 26 décembre 1791, 12 février 1793, paraissent bien insignifiantes.

La première crue du 19 ème siècle eut lieu le 17 décembre 1801, puis suivirent 1802 5 grandes crues successives en février et mars, 5 au 11 février 1807, 15 février 1811, 20 mai 1811, 22 et 23 octobre 1813, 18 janvier 1814, 23 avril 1816, 10 mars 1823, 22 décembre 1825, 8 janvier 1826, 22 mai 1827, 29 mai 1829, 5 février 1833, 31 mai et 1er juin 1835 encore une fois au moment de la Foire, les baraques de la foire furent emportés ainsi que le cirque installé sur la place, puis 30 avril 1837, 6 février 1839, 5 avril 1841, 3 mai 1842, , 13 janvier, 21 février, 3 mars, 2 mai 1843, 9 janvier-9 février-29 février-1er mars 1844, janvier 1845, 16 avril 1948, juin 1848, 2 avril 1850, 9 février 1853, 12 juin 1854, 16 mars 1855, 23 mai 1855, 4 et 20 juin 1855, 1856, 17 janvier 1865, 25 septembre 1866, 20 octobre 1868, 31 juillet 1872, 21 octobre 1872, du 20 au 25 janvier 1873 , du 28 février au 3 mars 1873 , le 13 mars 1873, du 3 au 21 avril 1873, le 15 juin 1874.

Gravure-Porte Saint Antoine crue le 25 juin 1875
Gravure-Porte Saint Antoine crue le 25 juin 1875

La crue du siècle de juin 1875
Après 3 jours de pluies torrentielles aggravées par la fonte des neiges dans les Pyrénées, dans la nuit du mercredi 23 au jeudi 24 juin 1875, l’eau atteignait 11,75m avec un débit de 8000 m3/s. C’est le maximun mesuré jamais atteint. La montée des eaux est de 20 cm/heure . La rue Maillé, St Hilaire, St Antoine, le Quartier des Augustins, la Cathédrale, Ste Foy, les rues du Pin, St Jean, la Plateforme, la Préfecture, les Cornières; Sont épargnées l’église et le quartier des jacobins, le lycée Chaumié, la Halle et la rue des Colonels Lacuée. La Garonne un gigantesque grand lac. Un courant violent déferle sur le Cours St Antoine dans la direction du Pont Canal. Sur le fleuve, on voit passer des meules de fourrages, des animaux, des arbres déracinés. L’eau s’étend jusqu’aux terrassements du Chemin de Fer, et la circulation des trains est interrompue entre Toulouse et Agen.
Vue du coteau de l’Hermitage, toute la ville d’Agen est envahie par les eaux. il y aura 30 victimes dont certaines ne seront jamais retrouvées.

Porte et place Saint Antoine au moment de la visite du marechal président dessin de M. Defoy
Porte et place Saint Antoine au moment de la visite du maréchal président dessin de M. Defoy

Les dernières crues du 19 ème siècle, 25 février 1879, avril 1888, 2 janvier 1889, 4 mars 1890.

Les crues du 20 ème siècle

La Garonne sur le cours Gambetta en 1910©photo archive Patrick Clermont
La Garonne sur le cours Gambetta en 1919©photo archive Patrick Clermont

innondation 1918 ©photo archive Patrick Clermont
Les inondations 1918 ©photo archive Patrick Clermont

Les premières crues réellement dommageables du siècle ont eu lieu en mai 1918, puis le 7 février 1919, le 31 mars 1927, le 14 décembre 1927.

La crue de mars 1930

Crue Agen1930 ©photo archive Patrick Clermont
Crue de la Garonne à Agen en 1930 ©photo archive Patrick Clermont

La première grande crue de ce siècle ! Grossie par le Tarn, l’Aveyron et L’Agout, la Garonne envahit Moissac, Montauban et Agen. L’eau montera jusqu’à 10,86 mètre en quelques heures et dévastera la ville d’Agen qui une nouvelle fois se trouvera sous l’eau à l’exception des Jacobins, du Marché et du Collège Chaumié. Certains quartiers sont rapidement envahis par l’eau débouchant des égouts. Les flots se précipitent dans les quartiers de Sembel et de la Palme avec la force d’un torrent et inondent toute la Ville.

innondation 1930 gravier ©photo archive Patrick Clermont
Inondations en 1930 du gravier ©photo archive Patrick Clermont

En plus des dégâts matériels, on déplore 5 morts sur Agen.

Inondation de 1930 - Prison et rue de Strasbourg ©photo archive Patrick Clermont
Inondation de 1930 – Prison et rue de Strasbourg ©photo archive Patrick Clermont

Le même scénario va se reproduire une vingtaine d’années plus tard en février 1952.

Crue du 3 février 1952 ©photo archive Patrick Clermont
Crue du 3 février 1952 ©photo archive Patrick Clermont

Cette crue se rapproche du record de celle de 1930 (10,55 m contre 10,86 m). Les eaux montent donc, régulièrement, rapidement de l’ordre de 10 cm à l’heure. La crue arriva sur le boulevard de la république, rue grande horloge. Boulevard Scaliger l’eau s’arrêtait devant l’église Sainte Hillaire; Rue Palissy, l’eau envahi le commissariat de police alors que la cour de la cité administrative était sous les eaux.
Dans la ville l’eau atteint des zones que l’on croyait à l’abri, a remonté l’avenue Michelet, inondée jusqu’à la route de Toulouse. Inondé aussi le lycée Palissy alors qu’au carrefour de Jayan, c’était dangereux car il y avait un gros tourbillon.

Inondations en 1952 devant le cinèma Le GALLIA©photo archive Patrick Clermont
Inondations en 1952 devant le cinéma Le GALLIA©photo archive Patrick Clermont

Le gravier sera sous les eaux le 21 mai 1977 et le 15 décembre 1981.

Crue de la Garonne à Agen en 2014©photo Patrick Clermont
Crue de la Garonne à Agen en 2014©photo Patrick Clermont

La  dernière crue en janvier 2014 a été limité à la voie sur berge car la digue a permis de protéger la ville d’Agen.

sign

Recherches utilisées pour trouver cet article:4 place de la republique agen,inondations agen

One thought on “Agen la ville la plus inondée de France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *