Crèche de Noël de la Cathédrale d'Agen-©photo Patrick Clermont

Chemin des crèches de Noël Agen-Nord

Les crèches de Noël sont l’occasion tout en se promenant de rentrer dans les églises pour les admirer et se recueillir.
Avec le chemin des crèches de Noël Agen-Nord c’est une invitation à une balade découverte gratuite du patrimoine et des paysages. Les différentes crèches de noël sont accessibles à l’extérieur des églises du 12 décembre au 10 janvier 2016. vous pouvez compter entre 2 et 3 heures pour la durée de cette balade.
Vous pourrez voir six crèches de Noël animées différentes , originales et complémentaires. Elles se trouvent :
1- Eglise Saint Martin du Caoulet à Foulayronnes dans le vallon de Vérone.

1-Chemin des crèches Agen-Nord - Eglise Le Caoulet©photo Patrick Clermont
1-Chemin des crèches Agen-Nord – Eglise Le Caoulet       ©photo Patrick Clermont

2- Eglise de Saint Cirq.

2-Chemin des crèches Agen-Nord - Eglise Saint-Cirq ©photo Patrick Clermont
2-Chemin des crèches Agen-Nord – Eglise Saint-Cirq    ©photo Patrick Clermont

3- Eglise de Cardonnet

3-Chemin des crèches Agen-Nord - Eglise Cardonnet©photo Patrick Clermont
3-Chemin des crèches Agen-Nord – Eglise Cardonnet          ©photo Patrick Clermont

4- Eglise de Lusignan-Grand avec 2 crèches différentes

4-Chemin des crèches Agen-Nord - Eglise Lusignan-Grand-1©photo Patrick
4-Chemin des crèches Agen-Nord – Eglise Lusignan-Grand- 1   ©photo Patrick Clermont
4-Chemin des crèches Agen-Nord - Eglise Lusignan-Grand-2©photo Patrick
4-Chemin des crèches Agen-Nord – Eglise Lusignan-Grand-2     ©photo Patrick Clermont

5- Eglise de Maurignac

5-Chemin des crèches Agen-Nord - Eglise Maurignac©photo Patrick Clermont
5-Chemin des crèches Agen-Nord – Eglise Maurignac   ©photo Patrick Clermont

6- Eglise de Saint Hilaire de Lusignan

6-Chemin des crèches Agen-Nord -Eglise Saint Hilaire de Lusignan©photo
6-Chemin des crèches Agen-Nord -Eglise Saint Hilaire de Lusignan   ©photo Patrick Clermont

Origine des crèches de Noël

Dans la religion catholique, la crèche de Noël représente la Nativité, c’est-à-dire de la naissance de Jésus de Nazareth, sous forme de personnages immuables, avec en premier lieu la Sainte Famille et surtout l’Enfant Jésus dans la crèche d’une étable ou d’une grotte. Cette représentation originelle s’enrichit avec l’ajout de différentes personnages (bergers, anges, Rois mages) et animaux (bœuf, âne, moutons, chameaux) entourant l’Enfant Jésus nu dans son auge, son berceau ou sur la paille. La crèche de Noël peut être statique, mécanique ou vivante. Construction ou représentation occasionnelle et passagère, associée traditionnellement aux fêtes de Noël, elle est plus rarement une reproduction permanente et inamovible.

Selon la tradition franciscaine, les crèches de Noël vivantes se développent en Europe à partir du XIIIe siècle à la suite de la réalisation d’une crèche vivante par François d’Assise à Greccio, en Italie, la nuit de Noël 1223. À la fin du XVIe siècle, les Jésuites, conscients du pouvoir de la célébration de la Nativité, multiplient dans toute la chrétienté les crèches en modèle réduit telles que nous les connaissons aujourd’hui. C’est l’occasion d’exprimer la piété populaire lors de cérémonies liturgiques. Dans le cadre de la laïcisation de la fête de Noël, la crèche ne s’expose plus simplement dans les églises, mais aussi dans les maisons, les bâtiments publics voire les centres commerciaux et prend désormais une tournure plus folklorique en incluant des éléments comiques, des légendes et des éléments locaux propres à chaque région ou pays .

Crèche vivante-Crédit Photo Gilles OLLIVIER
Crèche vivante-Crédit Photo Gilles OLLIVIER

La coutume se répand, sous l’influence de Claire d’Assise et des prédicateurs franciscains, surtout en Provence et en Italie, sous forme de crèches vivantes mais aussi de crèches fabriquées avec des figurines en bois ou en terre qui pouvaient être exposées plus longtemps. La plus ancienne crèche non vivante connue date de 1252 au monastère franciscain de Füssen en Bavière. Il s’agit d’une crèche permanente qui contient des personnages de différentes tailles en bois. Dans la basilique Sainte-Marie-Majeure est conservée la première crèche permanente réalisée en pierre en 1288, à la suite de la commande du pape Nicolas IV au sculpteur Arnolfo di Cambio d’une représentation de la Nativité. Ces reproductions permanentes de la Nativité se développent particulièrement en Toscane, en Ombrie et surtout en Campanie avec les crèches napolitaines qui apparaissent dans les églises au XVIe siècle puis dans les famille aristocratiques de Naples les siècles suivants.

Au XVe et XVIIe siècles, les fidèles dans les églises peuvent bercer Jésus en tirant sur le ruban attaché à son berceau. Au XVe siècle, dans le cadre des progrès de l’horlogerie, apparaissent les crèches mécaniques qui deviennent populaires au XVIIe siècle dans toute l’Europe.
Les premières crèches ressemblant à celles que nous connaissons font leur apparition dans les églises et les couvents au XVIe siècle, surtout en Italie. La première crèche miniature date de 1562 à Prague. Ce sont surtout les Jésuites qui ont diffusé le modèle réduit dans les églises de toute la chrétienté, s’en servant aussi de catéchèse. La crèche domestique se diffuse progressivement la première attestée est celle de la duchesse d’Amalf iConstanza Piccolomini di Aragona en 1567. Les moines fabriquent des personnages en cire habillés de vêtements précieux. Les grandes crèches napolitaines ornées de statues en bois avec des yeux en verre, démontables et refaites chaque année de style baroque connaissent leur apogée au XVIII siècle.

En France, la première crèche mécanisée connue est créée à Marseille en 1775. Elle est constituée de mannequins articulés vêtus de costumes locaux. Pour y ajouter un brin d’exotisme, le créateur y a placé des girafes, des rennes et des hippopotames.

Crèche de Noël domestique©photo Patrick Clermont
Crèche de Noël domestique                                    ©photo Patrick Clermont

Après la période de la Révolution pendant laquelle cette pratique religieuse est interdite, les crèches se multiplient dans les maisons de familles aisées sous forme de boîtes vitrées appelées grottes ou rocailles apparues au cours du XVIIe siècle : les figurines, réalisées en cire, en mie de pain ou en verre filé, apparaissent dans un décor en rocaille . Au début du XIXe siècle, la crèche retourne dans les rues françaises essentiellement sous la forme d’automates mécaniques qui mettent en scène des personnages grotesques. Les crèches provençales avec leurs santons, plus petits et plus rustiques avec multiplication de personnages dans leur costume local représentant tous les métiers de l’époque dans un style naïf, se développent dans les églises mais aussi dans les maisons particulières à partir de 1803.
La démocratisation des crèches domestiques est favorisée au XIXe siècle par la fabrication en série des figurines en plâtre peint et par leur diffusion par les marchands d’objets religieux. Au XXe siècle, la tradition de la crèche de Noël s’est développée dans le monde entier.
Dans la tradition napolitaine, le décor était constitué des ruines d’un temple romain, symbole de la fin de la civilisation antique devant l’essor de la chrétienté. Plus couramment, la crèche prend place dans une grotte ou une étable.

Crèche de Noël de la Cathédrale d'Agen-©photo Patrick Clermont
Crèche de Noël de la Cathédrale d’Agen-©photo Patrick Clermont

Dans les églises chrétiennes, la crèche est généralement installée dans les jours qui précèdent la fête de Noël tandis que dans les foyers, son installation varie selon les régions le premier dimanche de l’Avent, la fête de Sainte-Lucie, deSaint-Nicolas, etc…
On place généralement l’enfant Jésus au centre à minuit le 24 décembre pour symboliser sa naissance, encadré par Marie et Joseph. Ils sont accompagnés d’un âne, ayant transporté Marie enceinte et d’un bœuf qui, selon la tradition, aurait réchauffé le nouveau né de son souffle. Il est notable que la Vierge Marie est très souvent représentée à genoux devant son Fils. On place également dans la crèche des bergers accompagnés de leurs agneaux, puisque c’est à eux que la nouvelle de la naissance du Christ aurait été annoncée en premier. En France, depuis la création des santons en Provence, la scène peut comprendre d’autres personnes, y compris des personnages ou des métiers contemporains.
En installant la crèche, certaines personnes n’ajoutent la figurine représentant l’enfant Jésus que dans la nuit de Noël du 24 au 25 décembre.
Il est fréquent de mettre une étoile au sommet d’une crèche. Cette étoile rappelle celle qui, d’après les écritures, a guidé les trois Mages Gaspard, Melchior et Balthazar qui symbolisent l’ensemble des peuples de la terre. Ils peuvent être accompagnés d’animaux exotiques leur servant de monture soit un cheval, un éléphant ou un dromadaire. Certaines personnes ne les placent qu’à partir de l’Épiphanie .
Dans la tradition chrétienne, on enlève la crèche le 2 février, jour de la présentation de Jésus au Temple de Jérusalem ou juste après la fête de l’Épiphanie.

En vous souhaitant une bonne balade vous trouverez ci dessous le plan des chemins de crèches Agen-Nord.

Carte_du_chemin_des_crèches Agen-Nord©photo Patrick Clermont
Carte_du_chemin_des_crèches Agen-Nord©photo Patrick Clermont

sign

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *